03/07/2017

Ma grammaire de l'impossible

Dans ma grammaire de l'impossible,
Tous les mots pourraient s'accorder,
Des plus fragiles au plus sensibles,
Des pluriels au plus singuliers.

Je voudrais que le masculin
S'accorde avec le féminin,
Que la raison l'emporte enfin
Entre les mots du genre humain.

Que nul ne reste dans la marge
et que dans ce monde imparfait,
on conjugue autant le plus large
les droits de l'homme et leur respect.

Qu'on accorde le droit d'asile
A tous les verbes irréguliers,
A tous ces mots sans domicile,
Qui font de nous des étrangers.

Des sans espoirs, des sans recours,
Sans refuge et sans illusions,
Sans foi ni loi et sans amour
A la porte de nos maisons.

A tous les noms dont l'origine
S'est perdue dans la nuit des temps
Et dont les branches ont pris racine
Dans la terre de leurs enfants.

Qu'on efface les dictionnaires,
Les règles injustes et les accords,
Qui portent le feu et le fer
Jusqu'à l'article de la mort.

Que nos langues si différentes
Apprennent enfin à s'écouter
Et s'unissent dans la tourmente
Aux confins de l'humanité.

Pour briser les murs du silence
Dans les regards et les pensées,
Ouvrir les portes de l'enfance
A tous les vents du verbe aimer.

Dans ma grammaire de l'impossible
Où les mots seraient mesurés
Les mensonges seraient passibles
De la peine qu'ils ont causée.

Et les sentences inacceptables
Seraient frappées de nullité,
Marquées d'un sceau ineffaçable
Et bannies pour l'éternité.

Finis les écarts de langage,
Les détournements de pensée
Les mots trompeurs qui font barrage
Au chemin de la vérité.

Pour ma grammaire de l'impossible,
J'ai choisi d'écrire le meilleur
Mais sans rien occulter du pire
Ni les larmes, ni la douleur.

Et je rêve la couverture
Du grand livre de l'avenir,
Au chapitre de l'aventure
Qu'il nous reste encore à écrire.

Avec des mots qui nous inspirent
Bien au-delà des dictionnaires
Pour commencer à nous construire
Dans la langue de l'Univers.

Publié dans Général | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

Cette magnifique chanson m' inspire de vous faire connaître le texte qui suit :

Le secret des mots ( Marc- Alain OUAKNIN )
Il m'enseigna l'écoute.
Il m'apprit le secret des mots.
Il répétait souvent : « Qu'est-ce qu'un mot si ce n'est une histoire d'amour ? »
Il avait toute une théorie sur l'amour que les voyelles portent aux consonnes.
« Les lettres s'enlacent, disait-il, s'enlacent et s'embrassent, s'embrasent et s'unissent. »
Il disait aussi : « Fais éclater le présent, découvre le miracle de l'aube fracturant la noirceur de la nuit, fais danser les lettres et les voyelles amoureuses. Fais chanter les mots pour qu'ils deviennent des oiseaux. »
Jamais il ne me dit qu'il était poète. Il se voulait simple­ment homme.
La poésie faisait partie de sa façon de penser l'humain.
« Être soi, c'est se dépasser », aimait-il aussi à répéter quand il se levait pour prendre congé.

Quand je parlais de lui, je l'appelais « mon maître », mais jamais en sa présence. J'espérais dans un orgueil secret qu'il m'avait donné le titre de disciple et que c'était sous ce vocable qu'il pensait ou parlait de moi. Je ne le saurai jamais...
En dehors de l'écoute, sa qualité essentielle était la joie.
Et la générosité de la transmettre aux autres.

Marc- Alain Ouaknin
In « C’est pour cela qu’on aime les libellules »

Écrit par : Myriam de Terwangne | 03/07/2017

Répondre à ce commentaire

SEIGNEUR FAIS de moi une personne qui ecoute avec amour et qui se donne avec joie

Écrit par : hoda | 03/07/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.